MUSANDAM

L’ENCLAVE DE L’EMPEREUR

Au moment où vous atteignez Musandam, l’enclave péninsulaire omani au nord des Émirats Arabes Unis, les choses – et particulièrement le paysage – passent de tragiques a magiques!

Les populations locales – et même les officiers de douane – sont en fait amicaux et accueillants, et vivent selon un mode de vie traditionnel, même en étant aisés.

C’est un de ces rares endroits où vous verrez des gens qui vivent avec une Lexus, mais aussi avec leurs chèvres.

L’âge minimum pour louer une voiture là-bas est de 25 ans, c’est pourquoi nous avons dû faire du stop. Le premier qui s’est arrêté pour nous à la frontière, Ki Steiner, s’est avéré être une soeur de coeur et d’esprit avec qui nous avons passé la journée, commençant notre exploration de cette région de gigantesques montagnes tombant à pic dans une mer claire comme du cristal, le long de la côte peuplée de coraux, de tortues, de poissons et de dauphins.

Après avoir monté notre tente à 10 dollars flambant neuve sur une plage de sable blanc, à 5km de la ville la plus proche, nous nous sommes fait des amis omanais et expatriés autour d’un feu de camp. Nous avons fini par nous faire inviter par un groupe de 25 soldats à un dîner, qui a rapidement été suivi par une jam de batterie improvisée avec des réservoirs à essence à moitié vides, des canettes de Pepsi… et un ukulélé.

En regardant à nouveau la mer après la tombée de la nuit, WOW.

Du plancton fluorescent ! Des lumières bleu-vert magnifiques qui roulent au rythme des vagues : je me précipite dans l’eau pour jouer avec cette magie microscopique.

Une nuit paisible, bercée par le souffle de l’océan. Un réveil tout en douceur annoncée par la lumière du jour (ou a la lumière du jour tout simplement, as you like). Cette vie est-elle trop facile ? Ce qui semble idyllique se concrétise après une semaine passée à tourner en rond dans diverses villes sans âme des ÉAU. Je ne me souviens pas d’un endroit que j’ai plus méprisé que Dubaï (à part le Qatar), ni d’un endroit qui m’a paru plus ennuyeux. Je ne peux pas être plus satisfait d’en être parti.

Nos masques de plongée à la main, il était temps pour nous de faire du stop a la quête d’un nid de tortue.